Si vous n’avez jamais entendu l’expression « Barolo, roi des vins, vin des rois » alors ce qui va suivre est fait pour vous ! Probablement avec l’Amarone della Valpolicella, l’une des dénominations d’origine les plus connues et les plus prisées d’Italie. Niché au cœur du Piémont, le vignoble de Barolo est l’un des plus beaux de la région. Connu pour sa gastronomie et notamment la truffe blanche d’Alba, ce terroir viticole réserve bien des surprises que nous allons vous compter ici. Nous aborderons dans cet article son histoire, comment les hommes l’ont façonné pour qu’il devienne ce qu’il est aujourd’hui, sans oublier de parler de sa production et surtout des gens qui le font.

Le Barolo est-il un cépage?

Et bien non, Barolo est une dénomination d’origine contrôlée et garantie (DOCG). En revanche, le cépage utilisé pour produire du Barolo est le Nebbiolo. Son nom provient de Nebbia qui signifie brouillard et qui fait référence à la maturité tardive de ce cépage, qui est généralement récolté lorsque l’automne et ses premiers brouillards arrivent. Cépage à la maturité tardive, il bourgeonne pourtant relativement tôt. Le Nebbiolo est une variété qui nécessite une bonne exposition, et apprécie des sols à dominantes argilo-calcaires. Gustativement il donne des vins tanniques, avec un bon potentiel d’alcool et une bonne acidité. Si les vins se dégustent volontiers dans la jeunesse, leur potentiel de vieillissement est admirable et les vieux millésimes sont souvent admirables.

La zone d’appellation du Barolo se situe dans la région de Langhe. On compte aujourd’hui onze communes dans lesquelles le Barolo peut être produit : Barolo, La Morra, Monforte, Serralunga d’Alba, Castiglione Falletto, Novello, Grinzane Cavour, Verduno, Diano d’Alba, Cherasco et Roddi. Pour obtenir la dénomination Barolo DOCG et ainsi protéger l’appellation, des règles ont été mises en place afin de garantir la qualité, éviter les copies frauduleuses et protéger le travail et l’histoire des producteurs de Barolo. Seul le cépage Nebbiolo est autorisé avec un rendement maximal de 56 hectolitres à l’hectare. Le vin doit titrer au minimum 13% d’alcool. Concernant les élevages, là encore des règles précises ont été édictées. Pour avoir droit à l’appellation, c’est au minimum deux ans en barriques suivi d’une année en bouteille. Pour devenir une cuvée « réserve », c’est un minimum de cinq années dont au moins trois en barriques.

L’histoire du vin de Barolo

Même si la viticulture existe depuis des siècles, l’histoire du Barolo avec un grand H s’écrit vraiment à mi-chemin entre le 18ème et 19ème siècle. Sous l’impulsion de Camillo Benso, Comte de Cavour et de Giulia Colbert Falletti, Marquise de Barolo (qui fut aussi la dernière) les vignerons locaux, aidés par des conseillers extérieurs améliorèrent grandement la qualité. Ainsi, les vins devinrent grâce à la famille de Savoie, un digne représentant de la région à travers les Cours Royales européennes : le vin des Rois.

Durant le 20ème siècle, les vignerons de Barolo associés à ceux de Barbaresco, décidèrent de former un consortium afin de protéger leurs vins. Et en 1934, le Consortium pour la Protection de la qualité des vins locaux de Barolo et Barbaresco fut créé. Un peu plus tard, en 1966 exactement, l’appellation acquit le statut de DOC (Dénomination d’Origine Contrôlée) puis de DOCG (Dénomination d’Origine Contrôlée et Garantie) en 1980.
Aujourd’hui, le consortium veille sur les intérêts de Barolo à travers les marchés, gère les activités liées à l’appellation et s’assure de la qualité constante des vins produits.

Découvrez notre carte de vins Barolo juste ici

La production du vin de Barolo

Aujourd’hui la production s'étend sur quelques 2000 ha et regroupe 1200 producteurs. Outre les règles énoncées plus haut dans cet article, qui définissent et régissent la production et la commercialisation des vins, il y a un autre point à prendre en compte pour comprendre les vins de Barolo. Il y a aujourd’hui deux écoles ou plus précisément deux visions dans la méthode de vinification du Barolo. Si durant les années 1980-1990, la volonté était de produire des vins plus tanniques et plus riches, à partir du milieu des années 2000, la tendance s’est inversée pour produire des vins plus fins, sur le fruit et la fraîcheur. Ce fut le cas au pays du Barolo comme dans beaucoup d’autres pays dans le monde. Ainsi, on peut dire que nous avons aujourd’hui une vision traditionnelle et une autre plus moderne dans le mode de production.

Si « l’école traditionnelle » préfère des macérations plus longues avec des pigeages réguliers (action qui permet d’extraire plus de couleur et de matières), des élevages plutôt longs sous bois ; « l’école moderne » préfère opter pour des macérations plus courtes en cuves inox, des élevages un peu moins long.

Même si ces deux écoles ont une vision un peu différente, la qualité est toujours au rendez-vous et le plus important, fidèle au terroir.

Alfavin.ch et ses Barolos

La Suisse a toujours été un important marché pour les vins italiens et le Barolo ne fait pas exception. Chez Alfavin.ch, nous travaillons avec plusieurs domaines que nous vous présentons ici.

Cascina Del Monastero

Si au 18ème siècle, le domaine actuel était un monastère regroupant des moines bénédictins, c’est depuis 1926 que la famille Grasso est propriétaire. Aujourd’hui on retrouve Giuseppe et Velda aux commandes qui, en parallèle de la production de vins, ont développé une activité d’agritourisme. Voici, les trois cuvées disponibles chez Alfavin.ch

Barolo « Perno »

Terroir dans le district de Monforte d’Alba ; exposé sud sud-est, sol de sable et d’argile, avec des couches de marnes grises et de grès. Au nez des notes délicates de framboises et cassis. En bouche, un vin ample, à la trame tannique délicate.

Barolo « Bricco Luciani »

Vignoble situé entre Annunziata et Cascina Luciani, le terroir y est argilo-calcaire. C’est la cuvée qui fait la fierté du domaine. Vieillissement de 48 mois en bouteilles. Le nez est sur des notes de fruits mûrs, une touche florale et des notes légèrement fumées. L’attaque est ample et franche, avec une structure tannique affirmée. Longue persistance et définitivement un vin à faire vieillir.

Barolo « Bricco Rocca »

C’est la cuvée réserve du domaine. Située à Annunziata de la Morra, les vignes se trouvent sur un terrain argilo-calcaire. Le nez est intense et complexe, parfum de fruits noirs, notes de violette, touches épicées et fumées. Une bouche puissante et harmonieuse qui demandera du temps pour exprimer tout son potentiel.

Pio Cesare

Propriété familiale depuis 5 générations, Pio Cesare trouve ses racines en plein pendant le développement de l’appellation au 19ème siècle. Avec des parcelles disséminées dans tout le vignoble de Barolos et les meilleurs terroirs, Pio Cesare et sa vision traditionnelle du Barolo font de ce producteur une référence de l’appellation.

Barolo DOCG

Un Barolo dans la plus pure tradition. Assemblage des différents terroirs du domaine, cette cuvée est vinifiée en cuves inox avec une macération de 25/30 jours puis élevée sous bois pendant 30 mois. Un vin aux notes de cerises rouges, de réglisse et de tabac, structuré et équilibré en bouche. A faire vieillir.

Fontanafredda

C’est sûrement l’une des plus belles histoires d’Italie pour ce domaine qui fut la propriété du premier roi d’Italie en 1861, Victor-Emmanuel 2. Depuis 2008, il est géré par Oscar Farinetti qui veille avec attention sur les 120 hectares du domaine.

Barolo « Serralunga d’Alba »

Cuvée issue de vignes provenant du terroir de Serralunga d’Alba. Ce Barolo est vinifié avec des macérations de 15/20 jours puis élevé au minimum 3 ans dont 2 sous bois. Nez sur la rose, la vanille et les épices. En bouche, le vin se montre plein et harmonieux.